Zombiland : part. 1

Le ciel était plutôt bas et des nuages lourds et gris s’amoncelaient peu à peu au fil de la matinée. Après deux belles averses et les annonces répétées de la radio sur les départements en vigilance orange (1ère tempête de l’année oblige), le circuit était enfin balisé et sécurisé. Le trail de nuit ne souffre d’aucune approximation, surtout dans les conditions prévues par cette satanée météo…


Derrière la baie vitrée, dans la chaleur de cette belle salle de réunion de Mousterlan, l’animation battait son plein autour des citrouilles, oignons et pommes de terre de Jean Pat le légumier. A ses côtés, une petite équipe de préparatrices improvisées s’activait pour réaliser une soupe de potirons… thème de la soirée oblige.

C’est en cours d’après midi que la situation a commencé à nous échapper.

Comme d’habitude, l’association des Foulées Varzécoises sait pouvoir compter sur un maximum de volontaires dès qu’il s’agit d’organiser quelque chose (courses, sorties, débroussaillage, festnoz…). Pourtant, en cet après midi du 19 novembre, le nombre de coureurs motivés pour se transformer en zombie fut particulièrement (anormalement) élevé.
Rapidement, les teints pâles, les cicatrices dégoulinantes et l’inquiétant son trépidant des tronçonneuses ont envahi l’espace qui devait accueillir les coureurs locaux, invités en nombre pour cette première soirée…

Intuition du traileur ou peur des éléments qui devaient se déchainer dans la soirée ? Nous ne connaitrons pas la raison exacte de la défection à laquelle nous avons dû faire face durant cette soirée. Toujours est-il qu’à l’heure de donner le départ de cette sortie un peu particulière (vers 18h00 donc), il y avait 3 fois plus de zombies inquiétants que de sportifs en tenue.

L’association GRAIN DE SEL présente pour recevoir le don de soutien des Foulées Varzécoises pourra témoigner du nombre de coureurs parti dans les bois aux alentours de 18h15. Malheureusement, une heure plus tard, ses 2 représentantes avaient dû quitter les lieux pour d’autres obligations.
Elles ont donc manqué les commentaires enthousiastes des participants sur la qualité du circuit proposé, l’originalité de l’accueil offert et surtout, les bienfaits de cette soupe servie par nos sorcières bien aimées.

Seuls bémols d’après l’ensemble du peloton : des personnages hurlants, sanguinolents du côté du bois de Kerdraon. Plusieurs ont même dû faire face à des zombies en tronçonneuses qui les ont pourchassés dans la nuit varzécoise.
Plusieurs témoignages concordants laissent penser qu’il y avait bien quelques personnages bizarres dans le fin fond du bourg. Après enquête auprès des anciens, il s’avère qu’ils ne sortent du bois qu’une fois par an, de préférence les soirées de tempête.

Comme hier soir.